Choisir votre méthode naturelle

Savez-vous choisir votre méthode naturelle ?

Globuli

Dans ma pratique de tous les jours, je suis souvent confronté aux médecines naturelles (normal puisque je les conseille) mais je veux dire à toutes les formes qui existent.

 

De nouveaux laboratoires se forment tous les jours et proposent leurs produits basés sur la dernière nouveauté en matière de santé au naturel. J’adore parce que je me tiens au courant des nouvelles innovations. Je comprends aussi qu’à force nous pouvons nous perdre quant à savoir comment se soigner, si nous n’avons pas un socle solide de connaissance sur l’une ou l’autre des médecines naturelles pour nous y référer en tout temps.

 

C’est pourquoi j’ai décidé de lever le brouillard sur trois des méthodes les plus couramment utilisées pour se traiter.

Dès qu’il y a le mot “médecine”, la discipline nous paraît tout de suite très compliquée, même pour les médecines naturelles. Et pourtant… Malgré cette réputation hermétique, elles sont assez simples à utiliser si vous prenez le temps d’apprendre quelques bases.

 

Voyons donc les différences, les avantages et inconvénients entre la phytothérapie, l’homéopathie et l’aromathérapie.

 

Phytothérapie :

C’est une médecine basée sur les plantes (vous l’auriez deviné) mais des plantes entières fraîches, séchées ou en poudre.

Avantage : Son principal avantage réside dans le peu d’interactions qui existent entre les plantes avec d’autres médicaments. Il faudra cependant prendre les renseignements nécessaires car certaines auront des actions très (même trop puissantes) ou entraîneront des réactions non désirées (ex : millepertuis).

La phytothérapie va permettre de traiter des problèmes en quelques heures à quelques semaines (par exemple les soucis de peau).

Inconvénient : Néanmoins, le goût particulier des poudres et des sachets pourra rebuter certains. De plus, elle n’est pas utilisable chez les jeunes enfants qui n’avalent pas les gélules ou que le goût dégoûtera.

 

Homéopathie :

Elle est adaptée à tout âge de la vie et est une thérapeutique très performante.

Néanmoins, il existe un blocage courant qui empêche la plupart des personnes de faire le premier pas vers cette médecine. Il s’agit de l’appréhension de son inefficacité car la fabrication de ces petites granules, que certains appellent même « billes de sucre » repose sur le principe de similitude.

Qu’est-ce que ce principe de similitude ? Cette notion consiste à dire que toute maladie peut être soignée par une substance provoquant cette même pathologie chez une personne saine, si elle est administrée à des doses infinitésimales (ou des doses très très très petites).

C’est cette faible quantité de principes actifs que le cerveau a du mal à appréhender, nous faisant ainsi croire que l’homéopathie n’aura aucun effet. Ce qui est totalement faux !

Avantage : En tout cas, aucune interaction entre médicaments ne se présentera avec cette médecine. Même les femmes enceintes et les femmes allaitantes peuvent l’utiliser sans souci. Pareil pour les enfants et les nourrissons.

Il faudra cependant faire attention à prendre les granules loin des repas, qui interféreront avec l’assimilation des substances actives, tout comme la menthe ou l’eucalyptus. Ces composés vont resserrer les vaisseaux de la langue, entraînant ainsi une très faible absorption des médicaments homéopathiques.

De plus, il faudra les diluer pour les très jeunes enfants, soit dans de l’eau s’ils boivent déjà, soit dans le biberon APRES l’avoir fait chauffer sinon la température détruira les molécules actives et donc toute efficacité.

Inconvénient : L’homéopathie sera idéale pour les petites pathologies (coup, rhume, allergies…), cependant elle se révèle rapidement complexe à utiliser pour tout autre traitement. Chaque souche soigne une cause ou un symptôme et il faudra les cumuler pour obtenir un remède efficace.

De plus les nombres présents sur les tubes (les CH, 9, 15,30…) ou les couleurs, selon ce que vous regardez, ne correspondent pas à l’efficacité du traitement. Ce n’est pas parce que le nombre augmentera que la guérison sera plus rapide. J’ai même envie de vous dire que c’est le contraire, mais pas exactement. Les chiffres correspondent au nombre de dilutions effectuées : plus le chiffre est élevé, plus la substance est diluée.

Mais l’homéopathie agit différemment, sans lien avec les concentrations. Elle aura une action sur des problèmes très localisés (tels qu’un coup, une piqûre…) avec les basses dilutions ou sur des problèmes plus généraux (tels que le stress, un eczéma…) avec les hautes dilutions.

 

Aromathérapie :

Enfin, les huiles essentielles permettront, elles, de se soigner très rapidement, en quelques minutes à quelques jours.

Avantage : Pour se soigner efficacement, il n’y a pas besoin d’en connaître 40. Quelques-unes suffisent puisqu’elles sont “multitâches”. Chacune peut être utilisée pour différentes pathologies.

Par exemple, l’huile essentielle de Citron sera utile pour protéger le foie de l’agressivité des huiles essentielles anti-infectieuses, mais également contre les nausées…

Inconvénient : Par contre, étant très concentrées, il est nécessaire d’en utiliser une toute petite quantité à chaque fois, ponctuellement et uniquement chez les enfants à partir de sept ans. Certaines peuvent néanmoins s’utiliser bien avant, dès 3-4 ans sous des conditions très particulières. C’est pour cela qu’elles m’intéressent autant.

 

Avec cela, vous pourrez choisir plus facilement votre thérapeutique selon vos besoins.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *