Venez découvrir l’olfactothérapie

Venez découvrir l’olfactothérapie

 

Aujourd’hui, j’ai l’honneur d’accueillir Mme Millier pour qu’elle nous partage quelques bases sur l’olfactothérapie, ou l’art de se soigner en respirant les huiles essentielles.

(Suite à un problème technique, je ne peux pas vous proposer la vidéo que j’avais enregistré, mais je vous ai retranscris notre conversation par écrit pour que vous puissiez en retirer de nombreuses informations.)

P Millier2

Moi : Bonjour à tous ici Philippe Stivanin du site Phytofaitphytofait. Aujourd’hui j’ai l’honneur d’être avec Mme Millier, qui est directrice du laboratoire DEVA. Son parcours est un atypique puisqu’elle est d’abord détentrice d’un diplôme de docteur en pharmacie et de plusieurs DU dont celui d’homéopathie et d’alimentation tout en faisant un passage bref par l’industrie cosmétique, dans la parfumerie Dior, pour devenir finalement titulaire de sa propre pharmacie 1986. Mais ça ne lui a pas suffi, elle a de nouveau changé pour devenir formatrice en thérapie naturelle. Et finalement, elle est maintenant directrice des laboratoires DEVA, qu’elle va nous présenter et ce depuis 2012.

Bonjour Mme Millier, est-ce que j’ai oublié quelque chose ?

Mme Millier : Non. C’est très bien. Chaque parcours est singulier et je vais où la vie m’emmène. C’est vrai que le laboratoire DEVA est venu à moi en la personne de son fondateur, Philippe Deroide, qui cherchait à prendre sa retraite. Donc DEVA est un laboratoire qui a été créé en 1986, qui est avant tout et surtout connu comme un laboratoire expert dans les émotions et fabricants-producteurs d’élixirs floraux bio dans le Vercors. Par rapport aux l’essentiel, c’est moi qui est introduit cette approche des émotions par les huiles essentielles en olfactothérapie. Comme vous l’avez dit dans le parcours, je suis passé par l’industrie cosmétique, dont les parfums et j’ai eu la chance de côtoyer de grand nez de la parfumerie chez Christian Dior en particulier. La complémentarité de l’approche olfactive en lien avec les émotions et des élixirs floraux m’a semblé évidente.

Moi : Pouvez-vous nous faire un résumé rapide de l’histoire du laboratoire DEVA ? Pourquoi a-t-il été créé ? Vous m’avez dit que vous aviez été en contact direct avec son fondateur. Qu’est-ce qui l’a motivé pour créer ce laboratoire en particulier ?

Mme Millier : Philippe Deroide est un grand nom dans le domaine de la florithérapie. C’est un chercheur dans l’âme et le laboratoire DEVA s’inscrit dans un laboratoire beaucoup plus vaste qui est le laboratoire de la nature. À l’époque, Philippe travaillait avec Katz et Kaminski qui sont de grands chercheurs californiens et qui ont mis au point des élixirs californiens. Il a repris leurs recherches et celles du Docteur Bach et choisi d’intégrer le laboratoire DEVA dans le Vercors parce que le parc national régional du Vercors est une mine en termes de fleurs et de flore d’une diversité incomparable. Il dispose, de par sa situation géographique, d’une flore alpine dans le Vercors nord et d’une flore méditerranéenne dans le Vercors sud. C’est un territoire idéal pour préparer des produits à base de plantes et faire des cueillettes de fleurs, en particulier dans le souhait de la qualité DEVA puisque tous les produits disposent d’un label bio et du label Ecocert, qui est la référence dans le domaine.

Moi : A quoi correspond ce label ? Y a-t-il certains critères particuliers à respecter pour l’avoir ? Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Mme Millier : Oui, bien sûr. Ecocert est le référent en matière de label bio. C’est label le plus ancien et les contrôles sont très réguliers, très rigoureux y compris sur le terrain. Donc le contrôle des préparateurs-cueilleurs chez DEVA a lieu au moins une fois par an, si ce n’est deux à trois fois. Tout est rigoureusement contrôlé. C’est une garantie de sérieux, d’éthique et de qualité.

Moi : Vous nous avez précisé que vous avez apporté l’olfactothérapie grâce à votre parcours professionnel. De quoi s’agit-il exactement ? Qu’apporte-t-il de plus ?

Mme Millier : Alors, au fil des années, puisque le laboratoire DEVA a été créé en 1986 et fêtera ses 30 ans l’année prochaine, l’expertise de DEVA dans le domaine des émotions a été reconnue mondialement, internationalement. Les huiles essentielles, par leur qualité olfactive, sont d’une aide précieuse dans l’accompagnement émotionnel, dans la gestion des stress et toutes les recherches en neurosciences aujourd’hui le montrent. Le terme même d’olfactothérapie est assez récent, c’est un grand chercheur en aromathérapie qui l’a découvert et l’utilise. Il s’agit de Gilles Fournil. C’est un nom qu’il a donné dans les années 90. L’olfactothérapie consiste à s’appuyer sur les ressentis des personnes à la respiration d’une odeur ou d’une autre odeur. Chez DEVA, les composés d’huiles essentielles, les synergies d’huiles essentielles, ont été mis au point exclusivement au nez. Je pense que c’est ce qui fait la qualité, la différence, la puissance d’attraction de nos synergies. C’est vraiment un travail de recherche pure sur plusieurs années avec des spécialistes olfactothérapeutes, aromathérapeutes et des médecins également. Il y a également eu de nombreux tests pour arriver à ses synergies qui, quelquefois, sont surprenantes ou qui n’auraient certainement pas été les mêmes si on avait utilisé nos connaissances rationnelles et théoriques de ce pour quoi une huile essentielle est utilisée ou pas. Est-ce assez clair ?

Moi : Très très clair. Je vais tout de même vous poser quelques questions pour approfondir. Vous parlez de synergies d’huiles essentielles, mais s’agit-il de n’importe quelles huiles essentielles ou doivent-elles répondre à des critères ? Et quel type de synergies ? Pouvez-vous donner quelques exemples, un ou deux, pour mieux comprendre ?

Mme Millier : Je vais vous donner quelques exemples. Le but, vous comprenez bien, n’a pas été de mettre sur le marché des gammes complètes d’huiles essentielles comme il en existe déjà d’excellentes qualités. L’idée était vraiment de rechercher une synergie, d’associer des huiles essentielles entre elles, leur odeur entre elles pour créer, comme le parfum, déclencher quelque chose chez une personne en lien avec son émotionnel. Chez DEVA, on les appelle “élixirs essentiels” pour faire le lien entre les élixirs floraux et les huiles essentielles, mais bien entendu, il n’y a pas d’alcool du tout dans une synergie d’huiles essentielles, que des huiles essentielles 100% pures, 100% naturelles, 100% bio, d’une qualité chère à DEVA, c’est-à-dire d’une qualité supérieure énergétique, et vibratoire. Je vais prendre l’exemple de la synergie numéro 1, qui est de loin la plus demandée, la plus plébiscitée, y compris par les médecins, thérapeutes qui les utilisent dans leurs cabinets. La numéro 1 s’appelle : “urgence émotionnelle”. Quand on entend urgence émotionnelle, et qu’on connaît les huiles essentielles, on peut penser à de très nombreuses les huiles essentielles qui auraient une portée sur ce déséquilibre émotionnel lié à un stress ou quelque chose qui décentre. Là, la recherche, les allers et retours qui ont été faits entre les patients, les médecins et les spécialistes de l’aromathérapie, sont arrivés à une formule dans laquelle il y a de l’Eucalyptus, de l’Eucalyptus radiata, de l’Hélichryse, du Nard. Vous voyez l’Eucalyptus, en tant qu’huile essentielle unitaire, être connu principalement en hiver pour les problèmes respiratoires. On respire l’Eucalyptus pour son côté frais et pour les molécules de principes actifs qui sont réellement actives contre les virus qui nous entourent. Dans l’olfactothérapie, ce n’est pas du tout ce qu’on recherche et ce que disent les personnes quand elles le respirent et qu’elles en ont besoin, elles vont dire que ça leur apporte une grande bouffée d’oxygène, que ça leur permet de reprendre leur respiration suite à la réception d’une mauvaise nouvelle, d’un stress, d’un oral, d’un entretien, d’un examen ou de rendez-vous chez le dentiste. Ça, c’est pour l’eucalyptus, après qui aurait eu l’idée d’aller chercher l’huile essentielle de Nard, qui est assez rare. Le Nard est à l’Himalaya ce que l’Edelweiss est aux Alpes. C’est une fleur qui est sacrée, qui entre dans la préparation d’un certain nombre de bonnes sacrées chez des hébreux en particulier, mais également dans d’autres contextes. Le Nard va apporter, seulement avec quelques gouttes dans la synergie, cette stabilité, cette sécurité, cette confiance qui va permettre de rester solide face à ce qui cherche à nous déséquilibrer, à nous décentrer. Mais ce n’est pas tout, puisqu’il y a aussi de l’Hélichryse.

Moi : J’allais vous le demander.

Mme Millier : L’Hélichryse est aussi pour permettre de faire le lien. L’Hélichryse, physiquement, être celle que l’on va appliquer sur un bleu quand on se cogne, quand on se fait une entorse en faisant du sport. Ici, dans la synergie “urgence émotionnelle”, l’Hélichryse va s’adresser aux bleus de l’âme en fait. Ce que disait Roland Sananés, qui est un grand médecin homéopathe : “c’est le remède des bleus de l’âme”. Après, le dosage entre les différentes les huiles est un secret de fabrication du laboratoire. Mais certaines personnes vont reconnaître une huile, d’autres une autre voir pas du tout. Le but n’est pas de reconnaître, c’est vraiment d’être apaisé, de poser cette tension, cette nervosité extrême. Est-ce que je suis assez claire avec mes explications ?

Moi : Tout à fait. En plus, c’est vraiment fantastique parce qu’en pensant une à une chacune essentielle, nous n’aurions jamais eu l’idée de les associer. Au début, quand vous me les avez cités, je me suis dit : “qu’est-ce que ça va faire ensemble ?”, mais c’est vrai qu’avec les explications, les associations sont vraiment formidables.

Mme Millier : J’en ai oublié une qui a aussi sa place dans la synergie “urgence émotionnelle”, il s’agit de la Marjolaine à coquilles. Elle est ce qu’on appelle un harmonisant neuro-végétatifs. La Marjolaine à coquilles va stimuler les personnes qui ont tendance à être en hyporéaction est apaisé celles qui vont être en hyper. Ce sont les quatre huiles essentielles qui, dans des proportions variables, entrent dans ce mélange. Comment s’utilise-t-il en olfactothérapie ? C’est aussi extrêmement simple. J’ai une consœur, Danièle Festy, qui est très connue sur Paris et qui est une grande spécialiste des huiles essentielles, a écrit un livre sur les 12 façons de respirer les huiles essentielles. Dans les 12, il y en a une qui est extrêmement simple, il suffit de prendre le flacon, de l’ouvrir et de mettre le flacon sous le nez (certains mettront le flacon juste sous le nez, pour d’autres il faudra l’éloigner) puis de respirer 3 fois de suite avec, si possible, une respiration consciente, profonde pour avoir le maximum d’effets de la synergie. Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que l’huile essentielle qui est respirée de cette manière passe par notre nez et dans notre nez, nous avons des milliards de cellules olfactives qui vont s’imprégner de cette odeur et vont la transmettre directement, par le nerf olfactif, à notre cerveau limbique. Le gros avantage, ce qui fait que cette façon d’utiliser les huiles essentielles est extrêmement efficace et puissante c’est qu’on est obligé de court-circuiter le mental. Il n’a aucune prise sur l’olfaction. En plus, l’olfaction est un de nos sens qui est développé en premier dans la vie in-utéro. Pour travailler les émotions, tout le champ émotionnel et ce qu’on a engrangé, cette méthode, comment dire sans exagérer, c’est juste merveilleux. Il s’agit d’un outil fabuleux.

Moi : Effectivement, les voies qui permettent de passer le mental ne sont pas légion. Je ne connaissais que la réflexologie plantaire et aucune autre. C’est une grande découverte.

Mme Millier : Ca en est une autre, et c’est pourquoi de plus en plus de personnes s’y intéressent. Après dans les façons de respirer, si on ne veut pas respirer dans le flacon, on peut mettre sur un mouchoir, dans un diffuseur, dans un inhalateur on peut aussi mettre une goutte sur chaque poignet. Plusieurs médecins le préconisent, mais moi, je suis plus prudente. Il suffit de mettre une goutte sur chaque poignet, les placer l’un sur l’autre et tourner trois fois pour chauffer l’huile essentielle sans la dénaturer et exhaler l’odeur. Ensuite on met les mains en cloche devant le nez, ou en cathédrale comme disent certains spécialistes, et on respire profondément également. Il faut juste pour faire ça, être certains de ne pas être allergique puisque toute personne est susceptible de développer une allergie à une huile essentielle par contact. Un moyen très simple de le vérifier est de déposer une goutte au creux du coude et d’attendre. La réaction allergique se fait très rapidement, donc on sait tout de suite si on est allergie ou pas.

Moi : C’est vrai que c’est la méthode la plus rapide pour le savoir. Cependant, étant donné qu’il s’agit d’huiles essentielles pures dans les flacons, y a-t-il une quantité maximale à utiliser dans la journée, une dose à ne pas dépasser ? Ou y a-t-il des contre-indications, à part l’allergie bien entendue ?

Mme Millier : Ce qui est conseillé, c’est de faire cette respiration trois fois dans la journée. Très souvent les élixirs essentiels sont associés aux élixirs floraux. En tout cas chez DEVA, c’est ce que nous préconisons. Si, par exemple, une personne décide d’arrêter de fumer ou va changer quelque chose dans son régime, soit parce qu’elle a un prédiabète ou un taux de cholestérol un peu important, mais que ça lui est difficile elle va associer, par exemple, l’élixir essentiel n°6 des accoutumances avec le composé floral des accoutumances. Le conseil est de faire trois fois par jour cette respiration par trois fois (trois fois de suite et trois fois par jour) la respiration d’élixir essentiel est de prendre les composés floraux trois fois dans la journée, sous la langue. Mais ce qui est très intéressant avec ces thérapies c’est aussi de les adapter à son propre besoin. Bien entendu il ne faut pas exagérer, mais si je prends “urgence émotionnelle” et que la nouvelle qui vous arrive nécessite que vous le respiriez plusieurs fois de suite, il faut se donner cette liberté-là. C’est chacun à son rythme, en fonction de sa propre façon de réagir. Nous sommes dans l’émotionnel et le mental n’intervient pas donc personne ne sait combien ça vous touche, comment ça vous touche, ni ce que ça touche en vous et donc cette individualisation est aussi ce qui est intéressant. Si je prends un autre exemple qui est “nuit paisible”, c’est un ensemble d’huiles essentielles, qui va aider à lâcher prise et qui peut être utilisé dans la journée sans faire tomber de sommeil chacun. Mais c’est beaucoup des personnes très stressées qui vont avoir du mal à s’endormir, à lâcher dans le mental ou alors qui s’endorment, mais qui ont un sommeil absolument pas réparateur, voir des personnes qui prennent des somnifères, des produits pour s’endormir, naturels ou moins naturels, depuis un certain nombre d’années. Il est certain que ces personnes-là vont avoir, selon le stade où elles en sont, plus ou moins besoin de respirer ce mélange. Certaines vont le respirer quand elle rentre du travail, pour se détendre, puis une fois après le repas et une fois avant de se coucher, tout en l’ayant sur la table de nuit pour le respirer à nouveau en cas de réveil en cours de nuit. Mais on a un nombre conséquent de témoignages, de résultats d’amélioration en qualité de sommeil, en confort de nuit et en diminution de prise orale pour aider à dormir.

Moi : Est-ce que les femmes enceintes, les femmes allaitantes, peuvent aussi l’utiliser ou pas, puisque ce sont des huiles essentielles ?

Mme Millier : Vous savez, concernant les femmes enceintes, il y a une grande politique de sécurité, de principe de précaution que je respecte totalement. Je pense qu’il est surtout important de ne pas utiliser des huiles essentielles pendant les trois premiers mois de la grossesse, néanmoins je déconseille l’utilisation des huiles essentielles aux femmes enceintes, aux femmes qui allaitent et aux enfants de moins de six ans. Maintenant, concernant par exemple le “nuit paisible” qui contient de la Camomille, de la Lavande, de la Valériane, du Petit grain bigaradier, des huiles essentielles qui sont extrêmement reposantes, il est tout à fait possible de les diffuser dans une pièce pendant qu’on n’y est pas, y compris pour un enfant. Vous savez que les huiles essentielles sont très volatiles, elles vont saturer rapidement une pièce. Donc si vous laissez le diffuseur avec le mélange pendant une petite demi-heure, que vous attendez une heure avant de rentrer dans la pièce où une chambre à coucher dans laquelle dort un enfant un peu surexcité, vous pouvez les utiliser sans vous aucun risque. Les précautions d’emploi sont surtout pour les femmes enceintes, les femmes qui allaitent, les enfants, les personnes allergiques et les épileptiques puisqu’on ne sait jamais comment une personne ayant un terrain épileptique va réagir en respirant une huile essentielle. Je crois que quand on a dit ça, on peut utiliser avec beaucoup de satisfaction, très raisonnablement, et profiter des qualités des huiles essentielles.

Moi : C’est vrai que l’avantage de l’olfactothérapie réside dans le fait qu’on a besoin juste d’un flacon et de rien d’autre. D’habitude il faut soit des comprimés, soit du sucre ou un autre support plus embêtant à transporter.

Mme Millier : Bien sûr, c’est le gros avantage. C’est très facile, très efficace et sans inconvénient. Je trouve que c’est la voie royale des huiles essentielles, qui sont toutes extraites de plantes aromatiques et qui sont utilisées depuis l’Antiquité dans les parfums.

Moi : Pouvez-vous nous dire quelle est la différence entre vos complexes et d’autres qu’on pourrait trouver sur Internet ou en boutique ? Quelle est vraiment votre particularité, hormis que ce soit votre laboratoire qui est fabriqué ces élixirs ? Y a-t-il d’autres particularités un peu plus cachées ?

Mme Millier : Je ne sais pas. Dans ce qu’on trouve sur le marché, dans les synergies à respirer, il y a souvent un diluant. C’est très souvent l’alcool. Nous, il n’y a que les huiles essentielles, il n’y a aucun apport autre que les huiles essentielles. Ça c’est la première chose, ensuite, comme je vous le disais, chez DEVA, nous apportant un soin tout particulier à la qualité vibratoire de nos matières premières, pour les huiles essentielles comme pour les élixirs floraux. C’est un critère de choix qui permet que l’huile donne, non seulement le maximum d’elle-même, mais un petit quelque chose en plus, à un autre niveau aussi.

Moi : C’est inspiré des fleurs des Bach, cet état vibratoire.

Mme Millier : Tout à fait. On se situe beaucoup sur le champ du vivant et sur le champ du quantique.

Moi : D’accord. Je pense que nous avons fait le tour de la question. Si les personnes sont intéressées pour voir vos élixirs, veulent se les procurer, où peuvent-elles vous trouver et se renseigner un peu plus sur votre laboratoire ?

Mme Millier : DEVA est de plus en plus présent dans les pharmacies, a toujours été présent dans les boutiques bio, dans certaines parapharmacies et à un site Internet sur lequel les personnes peuvent trouver une explication sur les produits, nous découvrir, voir le laboratoire en photo. Vous verrez c’est magnifique, c’est la petite maison dans la prairie en ce moment au printemps, entouré de pissenlits et bientôt de boutons d’or. Le site Internet est www.deva-lesemotions.com. On a aussi un blog sur lequel publient des cueilleurs et des utilisateurs. C’est une mine de renseignements concrets pour les auditeurs. Après ils peuvent tout simplement téléphoner au laboratoire DEVA. Il y a une équipe de 4 personnes qu’il renseignera du mieux qu’elle peut et leur donnera des indications concrètes des endroits où elles peuvent trouver les produits dans une région particulière.

Moi : Je vous remercie beaucoup. Durant ce long moment, nous avons découvert l’olfactothérapie, une science magnifique avec peu de contre-indications, si on peut dire. Elle ouvre un champ des possibles très large et très intéressant à découvrir. Je vous remercie encore beaucoup de m’avoir consacré du temps pour cette interview. J’espère vous revoir très bientôt.

Mme Millier : Merci à vous.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le laboratoire DEVA, vous pouvez les trouver ici : http://www.deva-lesemotions.com/

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *