Plantain – Histoire et légende – 1/3

Transcription de la vidéo (vidéo en fin d’article) :

Bonjour et bienvenue à tous. Je vais vous accompagner aujourd’hui pour découvrir le plantain. Le plantain est une plante extrêmement commune. On la retrouve partout : dans les jardins, sur les bords de route, dans les prairies. Cependant beaucoup moins de personnes connaissent ses utilisations pratiques, ses propriétés médicinales.

                                          plantain lancéolé

Comme dans la vidéo précédente, je reprendrais le même plan pour vous aider à aimer cette plante laissée de côté. Tout d’abord je vous raconterai comment le plantain est apparu, à travers une de ses légendes. Ensuite, je vous ferai l’historique de ses utilisations à travers les différents siècles. Et, je finirai par le plus important, ses utilisations pour vous aider à vous soigner.

Tout d’abord, je vous présente des photos des 3 espèces communes du plantain que l’on retrouve dans nos régions. Il y a le petit, le moyen et le gros. Ils vont se différencier surtout grâce à leurs feuilles qui seront respectivement, fines et élancées pour le plantain lancéolé, de taille moyenne pour le plantain moyen et les feuilles du plantain majeur seront très larges.

La légende que je vais vous compter explique comment sont apparus le plantain lancéolé et le plantain majeur sur notre terre. Cette histoire se serait déroulée aux alentours du Moyen-Age, dans une contrée éloignée dont le nom n’aura pas survécu au temps, malheureusement.

Vivaient dans un château, une belle demoiselle, belle comme le jour, qui vivait là avec sa gouvernante, bien en chair. Leur demeure se situait non loin d’une route très fréquentée par de nombreux voyageurs. Il s’agissait de beaux seigneurs, de riches marchands, de poètes et de chevaliers qui demandaient régulièrement asile pour la nuit. Tous, sans exception, tombaient amoureux de la jeune fille et lui déclaraient leur amour. Mais elle, dédaigneuse, n’avait cure de ces belles paroles. Cependant, un beau jour, un jeune homme frappa à la porte du château pour demander une chambre à coucher. Ses yeux étincelaient, sa bouche et ses joues rieuses faisaient écho au chant de mille oiseaux se réveillant. Toute la soirée, la maisonnée chanta, joua, dansa encore et encore. Tard dans la nuit, sous une lune bienveillante, le jeune homme déclara son amour à la demoiselle, qui s’était déjà attachée à lui. Après une si belle veillée, le lendemain arriva bien vite et les amoureux durent se séparer. Le jouvenceau devait retourner chez son père pour qu’il bénisse son union. Jamais il ne revint.

La demoiselle l’attendit un jour, une semaine, puis un mois sans le voir revenir. Gagnée par la douleur et l’impatience, elle s’avança de plus en plus loin sur le chemin pour guetter le retour de son amant, toujours accompagnée de sa gouvernante. Tant et si bien que ces deux femmes prirent racine au bord de la route et devinrent la plante que l’on nomme aujourd’hui le plantain. Le plantain lancéolé représente la demoiselle, tandis que le plantain majeur, plus robuste, correspond à la gouvernante.

 

Il existe d’autres légendes expliquant l’autre nom du plantain : “la plante aux cinq coutures”, mais je ne vous les raconterais pas aujourd’hui.

Passons plutôt à l’histoire de la plante et à son utilisation ancienne.

Le nom de plantain provient du latin. On en revient toujours au latin, comme dit le proverbe “toutes les routes mènent à Rome”. Donc en latin, cette plante se nomme “Plantago” signifiant la plante des pieds. Ce qui est étrange, c’est que la même définition est reprise par les Amérindiens qui la surnommaient “pied de l’homme blanc” car la plante poussait en suivant les pas des Conquistadors. En effet, les graines se collent sous les chaussures dès qu’elles sont légèrement mouillées et peuvent ainsi se disséminer plus facilement.

Bien que le plantain soit peu utilisé dans notre culture, il s’agissait d’une des plantes les plus réputées dans la médecine traditionnelle. Des traces de son utilisation apparaissent dès la Grèce Antique. Pline lui attribuait le mérite de soigner 24 maladies dont la toux, les fièvres et l’utilisait tout aussi bien par voie externe que par voie interne. Dioscoride, après lui, l’employa beaucoup pour combattre les fièvres, les problèmes de peau et les hémorragies. Il paraîtrait même que le plantain entrait dans la composition de la fameuse potion magique des druides.

Au Moyen-Age, Sainte Hildegarde le conseillait pour ses vertus cicatrisantes et expectorantes. De nombreux autres témoignages ponctuent les écrits anciens, attestant de son aspect incontournable en médecine, et ceci jusqu’au début du XXe siècle où elle perdit son apparence divine.

Un ancien proverbe dit : “On a plus vite fait de chercher du plantain que d’aller chez son médecin.” Cette simple phrase témoigne de siècles et de siècles d’emploi.

Même jusqu’au siècle dernier, les diligences anglaises avaient toutes un petit pot permettant de recevoir une touffe de plantain. Cela était censé assurer la sécurité des voyageurs.

 

Concernant l’usage quotidien du plantain, il se consomme très bien en salade, surtout les jeunes pousses. De plus, les graines feront également le festin de vos petits animaux de compagnie. Je parle bien entendu de vos oiseaux.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *