Lutter contre la peste avec la Lavande : Histoire et légende d’une plante exceptionnelle – 1/3

Transcription écrite de la vidéo (vidéo en fin d’article) :

Bonjour, je vous souhaite la bienvenue sur le site Phytoditphytofait.

Aujourd’hui nous allons étudier une plante que tout le monde connaît : la Lavande. Vous pouvez apercevoir une photo sur le côté pour vous rappeler à quoi la plante ressemble. Cependant, je suppose que vous savez pertinemment de quoi je parle.

                        Lavender field. The plateau of Valensole in Provence

Pour étudier cette plante, nous allons établir des étapes : tout d’abord je vais vous raconter une légende concernant l’apparition de cette plante, l’apparition théorique de la lavande. Ensuite je vais vous dévoiler l’historique, ses usages à travers les époques et enfin nous arriverons à l’usage thérapeutique, médicinal actuel de la Lavande.

Comment est apparue la lavande ? Avant notre ère, alors que les fées existaient encore dans notre monde, il y avait une  qui s’appelait Lavandula. Elle était plus petite que les autres, avait de magnifiques cheveux blonds et des yeux bleus éclatants. Cette fée parcourait le monde de long en large pour découvrir, visiter les différents paysages existant. Un jour, elle arriva en Provence et fut atterrée. Elle se mit à pleurer devant ce paysage aride, brûlé par un soleil cognant toute la journée. Elle pleura devant cette étendue désertique et ses larmes roulèrent sur ses yeux rougis, roulèrent sur ses joues, roulèrent à ses pieds. Ses larmes formèrent rapidement une immense flaque bleue. Après quelques minutes, la fée se rendit compte que ses pieds pataugeaient dans l’eau. Elle fut effrayée en pensant à ce que ses soeurs pourraient imaginer. Elle se dit : “Que vont penser mes amies, qu’est-ce qu’elles vont dire elles surprennent mes larmes ?” Elle essaya d’essuyer ses larmes pour faire disparaître cette couleur du sol aride. Malheureusement, elle n’y arriva pas. Rien n’y fit et le bleu continuait de tâcher le sol. Désespérée, ne sachant que faire, elle finit avoir une idée. Elle imagina toute la région colorée en bleu. Elle décida alors de caresser les étendues sauvages de sa magnifique couleur violacée. C’est ainsi que naquit la Lavande sur les terres de Provence.

Le mot lavande a été élaboré au Moyen-Age. Il vient de « Lavandula » qui veut dire « laver, purifier ». Pour se souvenir des indications thérapeutiques, vous pouvez imaginer que la lavande va laver, purifier tout le corps. C’est un moyen mnémotechnique. J’en reparlerais dans quelques minutes, mais vous pouvez d’ore et déjà vous en rappeler. Restez bien à l’écoute.

Bien que ce mot soit apparu au Moyen-Age, la Lavande est originaire de la Perse et elle était déjà utilisée dans l’Antiquité. C’est les Grecs, plus précisément les Phocéens, qui l’ont implanté en Europe  en la rapportant de Perse. Elle trouva alors un environnement propice à son développement.

Les Grecs, Romains et les Égyptiens l’ont utilisé pour parfumer les bains et parfumer le linge. De plus, les Romains l’utilisaient déjà de manière thérapeutique pour les accouchements. Les personnes qui assuraient les accouchements faisaient brûler quelques brins de lavande dans la pièce pour embaumer et calmer les mères sur le point d’enfanter. Elle était également utilisée pour assainir les chambres des malades.

Avant d’arriver à l’usage à travers les différentes époques de la lavande, précisont qu’elle était associée à l’amour, aux élans amoureux. Déjà les Romaines s’embaumaient, se parfumaient à base de lavande qui était censé leur apporter l’amour, attirer à elles les personnes aimées. Casanova, également, l’utilisait pour parfumer ses billets doux pour enflammer ses futures conquêtes. Au XIVe siècle, on en garnissait les fauteuils pour provoquer l’amour dans la maisonnée. Même la femme de Napoléon, Joséphine, préparait des tisanes (une mixture à base de cacao amer et de lavande) qui étaient censée être aphrodisiaque.

 

L’utilisation thérapeutique, a débuté, comme je vous le disais chez les Romains. Ensuite elle a été améliorée dès le XIVe siècle aux premières épidémies de peste. Vous avez déjà vu des photos ou des gravures des médecins de ce temps là. Enfin plutôt des gravures, parce que je ne pense pas que les photos existaient déjà à cette époque. Vous avez sûrement vu des gravures avec des médecins portant de longs masques pointus, en “bec de canard”. Ces masques étaient aussi longs et pointus pour pouvoir les remplir avec de nombreuses plantes aromatiques, principalement de la lavande. Les senteurs de ces herbes aromatiques permettaient de protéger les médecins des effluves des malades, mais étaient également censé être antiseptiques et éloigner le mauvais sort.

Dès le XVIe siècle, ce fut l’apogée de cette plante car on lui a attribué la guérison de toutes les maladies : quelques brins de lavande sur la tête ou sous un chapeau faisaient disparaître le mal de tête, elle soignait les coups de soleil, elle éliminait les vers… Tout lui était attribué.

En suivant toujours la chronologie historique, on la retrouve à la fin des épidémies de peste, au XVIIIe siècle, dans la ville de Toulouse et de Marseille. Il y a une légende au sujet de 4 voleurs. La légende ne précise pas dans quelle ville se déroule l’histoire, une fois elle se passe à Toulouse, une autre fois à Marseille. Mais les deux versions se mettent d’accord sur le contenu : quatre voleurs pillaient les maisons et les corps morts à tour de bras. Les villageois mécontents de cette attitude les attrapèrent et les menacèrent de la pendaison. Il leur permirent néanmoins d’y échapper s’ils leur révélaient le secret. En effet, les voleurs n’étaient pas tombés malades et n’attrapaient pas la peste. Les villageois se demandaient comment ils faisaient. Voulant éviter la pendaison, les voleurs dévoilèrent leur secret : il s’agissait d’un onguent préparé à base d’un mélange d’herbes aromatiques dont faisait partie la Lavande. On retrouve donc déjà sa propriété antiseptique.

Ensuite au XIXe siècle, le siècle de l’industrie, la culture a été industrialisée pour pouvoir l’utiliser en grandes quantités. Depuis ce temps-là, la Lavande est emblématique de la Provence, comme vous pouvez le voir sur les photos avec d’immenses étendues, d’immenses champs de lavande.

Au XXe siècle, une nouvelle propriété a été découverte : la lavande était également calmante. Elle pouvait être utilisée dans toutes les maladies nerveuses, de stress et d’anxiété.

 

Nous allons arriver à l’utilisation médicale dans quelques instants. Juste avant, je veux vous faire une parenthèse sur l’utilisation dans la vie quotidienne.

La lavande est très utilisée en parfumerie. Au XIXe siècle, une académie de parfumeur, situé à Grasse, a permis l’essor de la lavande dans la parfumerie. Ils avaient pris pour habitude de parfumer les gants en cuir avec de la lavande. En effet, le cuir a une mauvaise odeur à l’état naturel. A cause de cela, il n’était pas apprécié par la noblesse. Grâce à l’essence de lavande, cette corporation de parfumeur a eu un très grand succès auprès des nobles de l’époque. On a également de très grandes industries qui utilisent toujours la lavande dans leurs parfums, tels que Guerlain, Azarro… Ceci est dû à l’arôme de la fleur de lavande. Il est très agréable et se diffuse durant très longtemps.

Ensuite, la lavande peut être utilisée en cuisine. Dans certaines régions du Maghreb, il y a des spécialités, telles que le couscous, qui contiennent des fleurs de lavande pour relever le plat. A Nice, plus près de chez nous, il existe une liqueur forte en bouche, à base de lavande, qui est censée être digestive et antiseptique.

Pour finir de vous mettre l’eau à la bouche, je vais vous proposer deux recettes pour agrémenter vos repas en famille, entre amis et vous démarquer des autres personnes.

– Du sucre à la lavande : c’est très simple. Dans un petit bocal, vous mettez environ 2/3 de sucre pour 1/3 de fleurs à la lavande. Vous fermez le bocal et laissez quelques jours, puis vous pouvez enlevez la lavande. Le sucre se sera imprégné de l’odeur. Ainsi vous pourrez l’utiliser pour tout ce que vous voulez : des gâteaux, des crêpes, des crèmes, des fraises… Grâce à ce goût de lavande unique tout le monde va vous demander la recette.

– Ensuite, si vous faites des côtes d’agneau, n’hésitez pas à mettre quelques fleurs fraîches pendant la cuisson. Cela agrémentera énormément le plat.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *